Des programmes et des services pour aider les membres

Relations gouvernementales proactives

Situation : L’organisation avait la réputation au sein des milieux gouvernementaux d’être un secteur conflictuel, réfractaire et non coopératif.

Mesures : L’ACIPR a élaboré une stratégie qui a fait de l’association une organisation axée sur l’analyse plutôt que sur les enjeux. L’approche analytique a servi de point de départ à toutes les relations gouvernementales. L’ACIPR dispose maintenant de stratégies de relations gouvernementales et de gestion des questions de fond à l’égard de tous les enjeux courants.

Résultats : Cette métamorphose s’est amorcée en 2006 et le secteur a, en moins de trois ans, réalisé des économies de conformité évaluées à plus de 180 millions de dollars pour les membres. La stratégie de gestion de l’association de l’ACIPR est désormais considérée comme un modèle de « meilleure pratique » par le gouvernement et d’autres secteurs de l’industrie. L’ACIPR a été l’une des premières associations, avec le secteur pétrolier, à créer des groupes de travail efficaces sur l’industrie dans le contexte du plan de gestion des produits chimiques.

Affaires réglementaires réussies

Situation : En décembre 2006, le gouvernement fédéral a introduit son Plan de gestion des produits chimiques (PGPC), lequel allait avoir, pour le secteur, d’importantes répercussions sur les coûts de conformité et d’étiquetage des produits. La totalité des produits chimiques identifiés lors de la première phase du plan (Défi ou PGPC-1) ont été qualifiés de produits d’importance prioritaire susceptibles d’être « toxiques selon la LCPE ».

Mesures : L’ACIPR s’est associée au gouvernement pour élaborer une stratégie pour le secteur de la peinture et du revêtement à l’égard du PGPC qui ferait en sorte de réduire grandement l’impact négatif sur l’industrie.

Résultats : Grâce au développement et à l’offre de données scientifiques et marchandes sur le secteur et à la préparation d’un solide dossier sur l’industrie, 40 pour cent des produits chimiques utilisés par le secteur ont été jugés « non toxiques selon la LCPE », ce qui a permis au secteur de réaliser des économies de centaines de millions de dollars en coûts de conformité et de développement.

Défense des intérêts axée sur les données scientifiques

Situation : En 2008, le gouvernement fédéral a jugé que l’acétate de vinyle monomérique (AVM) était « toxique selon la LCPE ».

Mesures : L’ACIPR a formé une coalition sectorielle, de concert avec d’autres secteurs et leurs entreprises membres, et a fait supprimer la désignation « toxique selon la LCPE » pour l’AVM grâce à une défense efficace basée sur des données scientifiques éprouvées.

Résultats : Les économies de conformité réalisées par le secteur se sont chiffrées à  30 millions de dollars au Canada et à 270 millions de dollars en Amérique du Nord. C’était la première fois que le gouvernement fédéral révoquait une décision semblable.